Kai-Lenny-Naish-foil-board

Focus sur : Kai Lenny, l’homme touche-à-tout

100% waterman, Kai Lenny est certainement le surfeur le plus complet de sa génération. A seulement 26 ans, le jeune surfeur d’Hawaï pratique déjà aussi bien le kitesurf, le stand-up paddle, le windsurf ou encore le surf de gros. Focus sur cet individu plus que talentueux.

Une carrière de touche-à-tout

Initié au surf à 4 ans, au windsurf à 6 ans, au stand-up à 7 ans, Kai Lenny fait partie de ces jeunes privilégiés à avoir eu la chance de grandir à Hawaï avec des parents passionnés parle surf et le windsurf. Ce pourquoi il se mit aussi très rapidement au kitesurf puis passa le cap du tow-in.

« J’ai la chance d’être né à Hawaï. Je me dois de représenter ma région et les différentes activités liées à l’océan que l’on peut y faire. Etre un waterman consiste à utiliser le meilleur de ce qu’offre l’océan. Et pour ça il y a toute une palette d’outils que l’on combine pour repousser les limites et se sentir toujours plus à l’aise dans l’océan »

Aujourd’hui, il détient deux titres de champion du monde de Stand-Up Paddle (2016 & 2017), et il n’avait que 19 ans !

Habitué des conditions changeantes dû au climat d’Hawaï, Kai Lenny a su se diversifier dans tous ces sports et lui a permis d’atteindre un niveau phénoménal.

kai-lenny-sup
© Brian Bielmann / Red Bull Content Pool

Il a réussi à intégrer le Big Wave World Tour et surtout a su remporter l’épreuve de Puerto Escondido le 31 juillet 2017. Cette victoire marque notamment le début d’une approche du surf de gros plus qu’impressionnante.

« Pour moi, la compétition dans le surf de gros n’est qu’une passion. J’ai toujours un but à atteindre et j’ai l’impression que la compétition, en soi, m’a permis de performer à un tout autre niveau. Parce que lorsque vous mettez ce lycra, la compétition débute, tout le monde vous regarde et vous vous sentez plus performant dans ce contexte plutôt qu’en freesurf où aucune pression ne se dégage. J’adore cette sensation. »

© WSL / Lucano Hinkle

Jaws, sa vague fétiche

À seulement 11 ans, le jeune Kai affirmait déjà : « J’ai envie d’aller à Jaws et j’irai dès que mon père m’y autorisera ». Depuis, Kai non seulement a déjà surfé Jaws, mais il l’a surfé comme personne avant lui, repoussant les limites du surf de grosses vagues en y apportant notamment, une approche nouvelle qui est celle du shortboard. Il a eu la chance d’avoir été bien entouré et à avoir entretenu de bonnes relations avec des grands noms du surf de gros notamment Laird Hamilton, Dave Kalama, Robby Naish…

On connaissait Laird Hamilton qui dévalait des montagnes d’eau et qui apparaissaient dans pratiquement tous les magazines Mais aujourd’hui, place à la nouvelle génération. Tenter des gros carves, voir même des airs, voilà ce qu’est capable de faire Kai Lenny dans un Jaws plutôt solide. Désormais, grâce ou à cause de Kai Lenny, on sait qu’il est possible de dépasser les plus grands.

On retiendra surtout ces manœuvres et notamment ce air (oui, vous avez bien lu, un air à Jaws) et ce drop de plusieurs mètres en pleine compétition. Et récemment, on l’a vu tenter un énorme air à Mavericks, jusqu’où va-t-il aller ?

L’expérimentation du foil selon Kai

L’apparition du foil a immédiatement titillé le jeune Hawaïen. Et il a fallu quelques mois pour qu’il maitrise presque parfaitement ce nouveau jouet. Il est la référence dans ce domaine et fait partie des plus expérimentés. Récemment, il a réussi à prendre 11 vagues en 6 minutes (son record personnel), plus que la plupart d’entre nous en 2h de session…

Et pour l’avoir vu à Hossegor en pleine action, on voit qu’il est LE waterman par excellence et qu’il est à un niveau bien au-dessus que la plupart des autres surfeurs. Il parvient même à rentrer des alley-oop en foil, du jamais vu !

kai-lenny-foil
© Surf Session

Et comme il le dit si bien :

« Mon objectif est de surfer toute ma vie. Je suis clairement drogué par cette sensation sublime de surfer. On se sent à la fois libre et vulnérable. C’est gratuit et en même temps ça n’a pas de prix. Je ne sais pas où on peut vivre ça ailleurs sur la planète si ce n’est sur une vague géante »

Articles relatifs

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publié.